reportage

Confessions d’un banquier

C’est sous le titre surprenant de Master of the universe, que l’on découvre ce reportage sur le monde de la finance. Reportage assez différent de ce que l’on a l’habitude de voir sur nos écrans : un homme, banquier repenti, nous raconte un peu de son histoire par ci, un peu de produits financiers par là. L’absence de narrateur omniscient ne nous gène guerre à rester focaliser sur le discours et bien comprendre la façon de penser et le cadre que s’imposent ces gens de la finance.
On évoque légèrement les SWAP, Jérôme Kerviel, le Libor, Goldman sachs et la mutation de la place de Francfort.

Bref, ça se passe comme d’hab sur Arte futur : http://future.arte.tv/fr/capitalisme-financier

Les autres reportages comme, La bourse à l’heure du « Big data » (déjà diffusé l’année dernière) et La couleur du capital valent aussi le coup d’être regardés.

Publicités
Par défaut
reportage

Patisserie : le beurre et l’argent du beurre

France5 continue sur sa lancée dans les bons reportage sur l’agroalimentaire / consommation.

Cette semaine, un reportage en seconde partie de soirée sur la pâtisserie:
Patisserie : le beurre et l’argent du beurre réalisé par Laure Delalex
(à revoir rapidement en tv de rattrapage)

La question était surtout : qu’est ce qui est fait sur place ou en usine. A l’étude de boulangerie pâtisserie de quartier qui sous-traite en cachette, des vendeurs de Macaron de luxe qui ne se cachent pas de leur industrialisation, des terminaux de cuissons (Paul, Mie Dorée) et pour finir des grandes surfaces qui font parfois de la préparation sur place.

Le regard était assez critique et pas trop complaisante pour aucun métier. L’industrialisation de processus n’est pas forcément néfaste et on le voit bien dans le reportage : une même usine peut faire de merde ou de la grande qualité, tout dépend de la commande qu’on lui passe.

En tant que consommateur, ça ne me gène pas qu’un gâteau soit industriel, ce qui horripile est qu’on puisse me le vendre comme étant fait maison ou artisanal.

Par défaut
Non classé

La véritée sur Hénin-Beaumont

Hénin-Beaumont (62110), devenu célèbre pour sa vie politique, est de-nouveau sous les feux des projecteurs en ces jours de résultats d’élections municipales.

Et c’est un très bon « cas d’école » en matière de décompte et présentation des résultats.

Tout d’abord, en matière électorale, en France, on compte mal et surtout on présente mal.

Pourquoi ?

Déjà par ce qu’on ne tient pas compte d’une partie des votants. Les votants qui votent blanc.
Pourtant ils existent ! Et ils ont même voté ! C’est juste stupide, illogique et non démocratique de ne pas en tenir compte.

En détail, le résultat d’Hénin-Beaumont.
Un candidat avec +50% des votes est élu maire.

Municipales Hénin Beaumont 2014

Municipales Hénin Beaumont 2014


Un candidat (FN) à donc été élu dès le premier tour, grâce 6006 personnes qui ont votés pour lui.
Ces votants représentent 50,24% des votants (blancs exclus), mais seulement 48,81% des votants réels ! (oui, oui ! ceux qui se sont déplacés pour voter blanc existent bien).
Dans cette ville, le candidat n’aurait pas été élu au premier tour.
Municipales Hénin Beaumont 2014

Municipales Hénin Beaumont 2014

Vous me direz, c’est comme ça et pas autrement — la réponse de celui qui n’a plus d’arguments (soit dit en passant).
Certes, c’est dommage et ça va pas changer avant que la classe politique n’apprenne à compter.

Municipales 2014 Hénin Beaumont

Municipales 2014 Hénin Beaumont


Par contre, du côté des journalistes, on pourrait espérer un peu de mise en perspective.
Non, la moitié des habitants d’H-B ne sont pas des partisans FN. Un peu moins de la moitié de ceux qui se sont déplacés pour votés mais seulement 30% des inscrits !
30% des citoyens !

Municipales 2014 Henin Beaumont

Municipales 2014 Henin Beaumont

Par défaut
reportage

Grande distrib

C’est une bien belle soirée documentaire que nous à offert France 5 dimanche dernier.

Tout d’abord avec Grande distribution : Promo, prix cassés, qui paye l’addition ? . Un reportage assez différent de ce que j’ai pu voir sur le sujet. Avec un peu d’investigation sur les techniques de vente de ces fameux « acheteurs » très durs en affaire et qui font trembler les commerciaux, l’import à l’étranger pour contourner la production locale des usines Françaises…

 

Puis dans un second temps, Cartes fidélité, fidèle un jour, fiché toujours. Où l’on vulgarise assez bien les concepts du big data. Sous un angle très neutre d’ailleurs qui est assez loin du titre (bien trouvé au passage !).Il est d’ailleurs question de cette fameuse entreprise, Catalina qui s’occupe de gêrer les données des différents magasins, même des grands comptes (Carrefour, Auchan, Leclerc..).

Ce qui pose un problème de concentration de données évident. Tant il parait clair qu’un consommateur est ciblé lorsqu’il va dans une enseigne précise, tant ça peut devenir dangereux si une même boite (externe de surcroits) croise les fiches consommateurs de ses clients.

(Il manquerait plus qu’ils se fassent racheter par un Google ou un Critéo).

 

Par défaut
reportage

Plongée avec les armes chimiques

Cachées depuis des décennies, les décharges d’armes chimiques sous-marines livrent un peu de leur secret grâce à cette enquête : un scandale militaire hérité de deux guerres mondiales et une véritable menace pour l’homme et pour l’environnement.

A voir en ce moment sur arte futur http://future.arte.tv/fr/armes-chimiques-sous-la-mer

Arte qui à choisi la formule gagnante avec ce futur.arte.tv. Valorisation, mise en contexte, mise en perspective des programmes, débats, informations contextuelles.
Peut-être même qu’un jour on aura des programmes façon Popcorn.js

Par défaut